1918-1932 Avant-garde et fonctionalisme De Stijl

1918 DeStijl- Gerri Rieveld Chaise rouge bleu

 

De Stijl (prononcer [də.’stɛil], en néerlandais « le style ») fut tout d’abord une revue d’arts plastiques et d’architecture, publiée de 1917 à 1928, sous l’impulsion de Theo van Doesburg et avec la participation active de Piet Mondrian. Par extension, De Stijl désigne un mouvement artistique, issu du néo-plasticisme et ayant profondément influencé l’architecture du xxe siècle (en particulier leBauhaus et, par voie de conséquence, le style international).

1. mediumcontrol-de-stijl-walker-art-center-0

Pour reprendre la formule de Marek Wieczorek1 « la plupart de ses membres envisagent un environnement utopique par le biais de l’art abstrait, d’une harmonie universelle dans l’intégration complète de tous les arts ». L’ambition de De Stijl a été de donner un sens nouveau aux arts en les rapprochant, en les intégrant autour du désir de destruction du « baroque » (selon l’acception que Van Doesburg[cf. citations] et ses amis donnaient à ce mot), et par l’utilisation de couleurs et de formes « pures », en équilibre dynamique et comme en expansion, légères, et même, visuellement, en apesanteur ! Les mathématiques, la perfection de la machine, la vie en collectivité et l’anonymat des méthodes de travail à cette époque les ont stimulés dans leurs recherches.

765px-Destijl_anthologiebonset DeStijlThree

Outre Van Doesburg et Mondrian ce mouvement d’avant-garde transdisciplinaire a compris parmi ses membres les plus célèbres les architectes Jacobus Johannes Pieter OudJ. Wils et Robert Van’t HoffCornelis Van Eesteren, le créateur de mobilier Gerrit Rietveld, le poète A. Kok, les peintres et sculpteurs Bart van der LeckGeorges VantongerlooVilmos HuszárCésar DomelaFriedrich Vordemberge-Gildewart, l’artiste-architecte El Lissitzky et le peintre et cinéaste Hans Richter. Avec, ponctuellement, la participation de László Moholy-Nagy et Jean Arp.

La fin de De Stijl, en 1932, a été précipitée par des divergences de plus en plus saillantes entre ses deux membres fondateurs, Van Doesburg reprochant à Mondrian son manque de liberté et d’imagination dans la création, et aussi par la mort de Doesburg en 1931.

 

Van Doesburg van-doesburg----006

Van Doesburg

BeatTheWhites El Lissitzky el-lissitzky-broom

El Lissitzky

Hans Richter, Filmstudie, 1926 (still)_1 Hans+Richter1

Hans Richter

Jacobus Johannes Pieter Oud d Jacobus Johannes Pieter Oud oud-jacobus-johannes-pieter-j-chair

Jacobus Johannes Pieter Oud

 

Néoplasticisme

 Le terme néoplasticisme fut employé par les peintres néerlandais Piet Mondrian et Theo van Doesburg pour décrire leur art, abstrait, austère et géométrique.

Composition d’un tableau 

Ces deux peintres sous-entendent que leurs tableaux sont constitués d’éléments purement formels, ou plastiques, tels que couleurs, formes, lignes et plans. Toute référence au monde matériel est bannie de leurs toiles, comme dans Composition avec gris, rouge, jaune, et bleu de Mondrian etComposition de Van Doesburg, toutes deux peintes peu après la fin de la Première Guerre mondiale. Ces œuvres sont des exemples de création du mouvement néerlandais De Stijl (Le style), groupe informel de peintres fondé en 1917 et dirigé par Van Doesburg et Mondrian. Le langage visuel dépouillé de ces tableaux en a fait des icônes de l’ère moderne.

« Composition avec, rouge, noir, bleu et jaune «  de Mondrian [modifier]

Ce tableau de Mondrian apparaît comme une configuration relativement simple d’éléments. Des lignes noires traversent le tableau horizontalement et verticalement, précisément parallèles aux bords de la toile. Elles forment une grille irrégulière contenant des zones de couleurs plates et rectangulaires: noires, plusieurs nuances de gris, et rouge et jaune mêlés de gris. La disposition est asymétrique, mais la manière dont ces blocs de couleur sont associés dans tout le tableau maintient une impression d’équilibre ou d’unité visuelle. Mondrian dira lui-même de ces tableaux: « Vous devez d’abord tenter de voir composition, couleur et ligne et non la représentation comme représentation. » Mondrian développe alors une forme d’art doué d’une réalité propre, distincte du reste de l’existence. Les néoplasticistes réduisirent le dessin à sa forme la plus basique et n’employèrent que les trois Couleurs primaires: bleu, rouge et jaune.

Art harmonieux

Mondrian déclara à plusieurs reprises qu’il recherchait un art équilibré et harmonieux. Ce n’est pas seulement une préoccupation picturale, puisqu’il considérait l’équilibre dans ses œuvres comme équivalents d’une harmonie cosmique. Mondrian fut influencé par le peintre russe Kandinsky,ainsi que le mathématicien néerlandais Matthieu Schoenmaekers qui en 1915 écrivit: « Les deux contraires absolus fondamentaux qui façonnent notre terre sont: la ligne horizontale de pouvoir, c’est-à-dire la course de la terre autour du soleil, et le mouvement vertical, profondément spatial des rayons originaires du centre du soleil. »

La structure géometrique de la peinture de Mondrian est très différente du monde subjectif et gestuel de l’art de Kandinsky avant la guerre. Si l’art néoplastique était un art idéaliste qui ne visa jamais à être « intemporel », ses formes utopiques n’en demeurent pas moins le produit d’une époque particulière. L’ordre et la stabilité avaient une grande importance après le traumatisme de la Première Guerre mondiale, et pour Mondrian et Van Doesburg l’art avait un rôle fondamental à jouer pour reconstruire la civilisation occidentale. Les œuvres de ces deux artistes peuvent en conséquence être considérés comme des exemples, ouvrant la voie moralement et esthétiquement tandis que l’Europe entrait dans une nouvelle phase de son histoire.

En 1942, Mondrian vivait à New-York. Ayant passé plusieurs années à explorer les différentes combinaisons de ses éléments picturaux de base – couleurs primaires, grille noire et fond blanc -, il changea radicalement de direction. Comme son œuvre « Broadway Boogie-Woogie ». Le titre suggère qu’il a été directement inspiré par la ville, ainsi que par le rythme du Jazz. Son langage visuel et son ouverture à des références matérielles révèlent un artiste qui tourne le dos aux restrictions qu’il s’était volontairement imposé avec le néoplasticisme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.